Les remparts

Découvrez les remparts, vestige historique de la Ville de Braine-le-Comte.

Les remparts qui encerclaient notre Ville furent édifiés par Baudouin IV, surnommé et pour cause le Bâtisseur. Toutes les villes qu'il avait acquises (Chimay, Valenciennes, Ath, Binche et Mons) en furent dotées.

Un auteur dit que l'importance de ces acquisitions et de ces travaux montre à la fois la richesse naissante du pays et celle du Souverain.

Baudouin IV était aimé du peuple qui admirait l'éclat de son règne et la grandeur de ses ouvrages. C'est pour cela qu'on lui donna le nom de "bâtisseur".

L'enceinte de notre Ville comprenait 3 portes : celle de Mons, celle de Bruxelles et celle de Nivelles. A droite de cette dernière, figure encore la fameuse "Tour à kies" (Tour aux chiens). Ce nom de "Tour aux chiens" provient de ce que le Comte Baudouin IV y avait une meute de chiens.

Il reste encore, çà et là, à la rue d'Horrues, à la ruelle des Bas-Fossés, à la rue d'Enghien (actuellement rue St-Géry), le long de la ruelle Larcée, de nombreux vestiges des remparts. Dans le jardin du notaire, face à l'église paroissiale, subsiste la base presqu'entièrement conservée d'une tour très importante. Elle prend pied sur le roc, dans le jardin de la maison située au n°5 de la rue d'Enghien (actuellement rue St-Géry) et s'élève à l'extrémité de la propriété du notaire. Sa hauteur est de 6,20 mètres au-dessus du sol du jardin, de 8,60 mètres au-dessus du niveau de la rue d'Enghien (actuellement St-Géry). Le tronçon subsistant de la tourelle du guet s'élève à 9,38 mètres au-dessus du pavé de la même rue. Grâce aux rapprochements des divers textes extraits d'anciens documents, grâce surtout aux indications du plan de Braine-le-Comte dressé vers 1550 par Jacques DEVENTER, géographe impérial, il nous a été facile de constater que cette tour n'est autre que la grosse tour ou donjon de Braine. On sait que la construction en fut commencé par Baudouin IV et qu'elle fut achevée en 1185 par son fils et successeur, le comte Baudouin V, Il est à présumer que le souvenir des fortifications établies en cet endroit par les stratèges romains, peut-être même quelques vestiges de ces antiques travaux attirèrent l'attention de Baudouin IV sur cet emplacement si favorable à l'établissement d'une tour de défense. Le sceau ancien de la cure, représente la face principale de cette tour. 
 

Actions sur le document